jeudi, octobre 04, 2007

Agrocarburants : un livre choc sort le 3 Octobre !

Le nouveau livre de Fabrice Nicolino qui sort ce 3 octobre dénonce les agrocarburants. Fabrice s'adresse directement à vous dans le message ci dessous Jean-Louis Borloo est-il au courant ?Mon ami François Veillerette, président du MDRGF, me donne l'occasion de m'adresser à vous, au moment où sort le 3 octobre mon livre : La faim, la bagnole, le blé et nous (Fayard). Je vais vous dire une chose simple : je suis un homme en colère.Je dénonce une vaste supercherie mondiale dont le seul but véritable est de faire rouler des bagnoles et d'écouler les surproductions de l'agriculture industrielle. Les biocarburants, qui sont d'authentiques nécrocarburants, menacent de mort par la faim des millions de nos frères humains du Sud. Ce n'est pas, hélas, une exagération. Le boom mondial en cours provoque une augmentation massive du prix des céréales. Pour ceux qui ne disposent que de 1 à 2 dollars par jour pour nourrir une famille, c'est une sorte de fin du monde.On sacrifie aujourd'hui, de l'Indonésie au Brésil, en passant par l'Afrique, des dizaines de millions d'hectares à cette grande folie. Au passage, ce qui reste de forêts tropicales disparaît à une vitesse jamais encore atteinte. À cause des nécrocarburants, l'Indonésie est devenue cet été le 3ème émetteur de gaz à effet de serre dans le monde, après la Chine et les États-Unis. La forêt crame, le palmier à huile avance.Je suis en colère, et furieux contre le ministère de l'Écologie français. Tandis qu'on organise un plan de com' autour du Grenelle de l'Environnement d'un côté, on soutient de l'autre le développement massif des biocarburants. J'accuse, avec preuves, l'Ademe, agence publique "écolo", d'abriter dans une structure qu'elle a créée, l'Agrice (Agriculture pour la chimie et l'énergie), le coeur du lobby industriel en faveur des nécrocarburants.Vous devez savoir cela. Le ministère de l'Écologie défend, discrètement mais sûrement, l'un des plus grands désastres écologiques de ces dernières décennies. Est-ce supportable ? Pour moi, la réponse est NON.Le 3 octobre 2007, Fabrice NicolinoRetrouvez Fabrice sur le site de son livre :http://fabrice-nicolino.com/biocarburants/index.php ACHETEZ CE LIVRE DEPUIS LE SITE DU MDRGF : http://www.mdrgf.org/news/news070309_pesticides_agrocarburant_nicolino.html

Des pesticides non autorisés en France dans les pommes de terre ! Purée de patatras !(source : Canard Enchaîné DU MERCREDI 26 septembre)Cette année, on y regardera peut-être à deux fois avant de se resservir en purée ou en frites. Tout ça à cause du mildiou, cet affreux champignon qui a profité de l'été pourri pour ravager, entre autres, les champs de patates. Afin d'en venir à bout, les producteurs ont aspergé des pesticides à tout-va. Au point d'avoir épuisé les stocks dès la mi-juin, soit un mois avant la date prévue. Qu'à cela ne tienne, le ministère de l'Agriculture s'est dépêché de faire venir des Pays-Bas et de Belgique des produits non encore homologués en France. Et, surtout, d'autoriser les "patatiers" à utiliser des pesticides normalement réservés à la vigne. 200 tonnes tombées du ciel auraient ainsi été joyeusement répandues sur les pommes de terre. Le hic est que la cinquantaine de produits ainsi homologués d'un coup de tampon pour la patate sont beaucoup plus concentrés. Résultat : les 4,3 millions de tonnes de pommes de terre récoltées cette année auront été deux à trois fois plus arrosées de pesticides que d'habitude (environ 1 millier de tonnes). Du coup, la Direction générale de l'alimentation, qui se demande s'il ne va pas en rester un chouïa de trop dans l'assiette, s'est fendue dare-dare d'une note de service aux fonctionnaires dela protection des végétaux pour lancer un plan de surveillance et écarter ainsi "tout risque sanitaire pour les consommateurs". Nous voilà rassurés. Sauf que les prélèvements de patates dans les champs et dans les rayons (frites, chips, purée et autres gratins sous vide ou en conserve) se limitent à 80 échantillons. Sans compter ce qui a ruisselé dans les rivières et les nappes phréatiques. Dans cette histoire, les seuls qui ont la patate, ce sont les fabricants de pesticides !

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home